Des jeunes qui poussent !!!

Sélection en équipes Pays De La Loire

 

Ils sont 4, ils ont entre 13 et 15 ans, ils sont licenciés au club depuis leur plus jeune âge pour la plupart et cette année ils viennent d'être retenus en équipe Pays De La Loire. Une jolie récompense pour ces 4 jeunes qui sont passés par l'école de patinage et qui ont franchi toutes les étapes avant d'intégrer depuis plusieurs années le groupe compétition.

 

Pour le club, c'est également une jolie façon de mettre en avant la politique de formation qui est mise en place puisque nous sommes cette année, avec Bouguenais, le deuxième plus grand "fournisseur" pour les équipes régionales.  

Nous vous proposons de découvrir à travers quelques questions, Mélina PAIN, Louise LE LEVIER, Marie LECLAIR et Jules MALHERBE. Retrouvez également le regard extérieur de leur entraîneur David FORTIN.

A quel âge as-tu commencé le roller, peux-tu nous décrire ton parcours ?

 

Mélina : J'ai commencé le roller à l'âge de 7 ans. La première année fût laborieuse, mais grâce aux conseils de Xavier

en école de patinage, et mes participations aux Kids Roller mes progrès grandissaient. L'année d'après, je rejoignais le

groupe de David pour passer dans le monde de la compétition. Cela fait maintenant 5 ans que je suis dans le groupe

des "grands".

Marie : J'ai commencé le roller à l'âge de 6 ans et comme beaucoup, j'ai commencé par les Kid's Roller puis j'ai grimpé 

les niveaux au fur et à mesure des années.

Jules : J’ai commencé le roller à 11 ans, à mon entrée en 6ème. Bon, au tout début quand j’ai commencé j’avais un peu

de mal et j’étais un peu désarticulé. Mon style se rapprochait plus du patinage artistique que du roller de course. Mais au

fil du temps j’ai réussi à avoir un peu plus de technique et à atteindre le groupe compétition que je regardais avec

admiration au tout début. J’ai ensuite eu ma série (ou même ma saison !!!) de chutes, ce qui m’a beauuuucoup énervé.

Depuis quelques temps, c’est mieux, et je dois avouer que j’en suis ravi.

Louise : J'ai commencé le roller à l'âge de 6 ou 7 ans. J'ai d'abord commencé par l'école de patinage pendant 3 ans. Pendant cette période, j'ai fait les kids roller, puis je suis passé aux challenges et c'est aussi là que j'ai commencé à m'entraîner avec le groupe au dessus. Puis en poussine première année j'ai fait ma première "grande course" (les PBM) pour me sélectionner aux championnats de France mais sans succès. J'ai aussi commencé à faire les courses régionales. J'ai fait mon premier championnat de France à l'âge de 12 ans en benjamine deuxième année. Puis après j'ai continué dans cette voix et depuis je fais tous les championnats de France piste.

Mélina
Marie

Pourquoi ce sport, qu'est-ce que tu aimes, qu'est-ce qui est compliqué ?

 

Mélina : Le choix de ce sport s'est fait par hasard lors d'une visite au forum des associations. J’apprécie vraiment ce sport

pour sa sensation de glisse, rouler est devenu ma passion. L'esprit d'équipe est important pour moi, lors des

entraînements et aussi en compétition même si cela reste un sport individuel. La pratique du roller est difficile de part sa

technique, sa rigueur. Souvent en extérieur, les conditions climatiques s'avèrent parfois compliquées. Le travail et le

mental restent des alliés précieux si l'on veut progresser.

Marie : Au début, je faisais du roller avec mon papa dans la rue et après en multisport. Ensuite, j'ai voulu en faire en

club parce que je m'amusais à pratiquer ce sport et que j'apprenais plein de choses nouvelles. Ce qui est dur dans ce 

sport, c'est de progresser surtout au niveau de la technique je trouve.

Jules : J’ai choisi ce sport grâce aux stages que je faisais pendant les vacances d’été (animés par David d’ailleurs).

J’adorais en faire dans la rue, sauter les trottoirs, faire le tour du lotissement le plus vite possible… Je me souviens aussi

de ma voisine Marie (elle va être contente quand elle va voir que j’ai parlé d’elle !!!) qui en faisait. Je la voyais partir à son

entraînement avec des rollers avec des grosses roues et je trouvais ça trop ouf !!! Moi je restais avec mes rollers de rando et parfois elle passait devant la maison en roller. J’aime bien ce sport car j’adore tout ce qui est sur des roues et tout ce qui va vite aussi. J’aime aussi le contact qu’il peut y avoir et surtout la super bonne ambiance qu’il y a dans le club. Le plus compliqué, c’est tout ce qui est technique, car j’en manque un peu … beaucoup … c’est d’ailleurs pour ça que j’ai enchaîné les chutes l’année dernière. Mais je continue de travailler pour m’améliorer.

Louise : J'ai choisi de faire ce sport car, toute petite, je voyais mes voisines en faire dans la rue. Je savais qu'elles en faisaient en club. J'ai donc décidé de m'y inscrire car j'adorais ça.
J'aime la sensation de vitesse et l'ambiance de ce sport ainsi que la compétition. Mais dans ce sport, le plus compliqué, c'est de savoir se faire mal pour progresser. Des fois les entraînements sont très durs mais tu es content de toi après.

Peux-tu nous décrire 1 ou 2 bons moments de ta jeune carrière ?

 

Mélina : La bonne ambiance qui règnent dans le club, nous font passer des moments inoubliables. Cela nous aide à

diminuer la pression lors des compétitions. Les France Routes et Pistes restent pour moi des supers bons moments

entre rigolade, concentration et encouragements. Ma première participation aux 3 pistes est une merveilleuse expérience.

Pouvoir côtoyer et rouler avec des patineuses internationales reste des souvenirs uniques.

Marie : Je dirais que les 3 routes 2017 ont été un très bon moment, il y avait une très bonne ambiance. Le Marathon de 

Paris est également un très bon moment, c'était mon premier semi-marathon et une très bonne expérience.

Jules : Le meilleur moment que j’ai vécu au roller c’était le marathon de Paris. J’ai adoré l’ambiance, j’ai bien aimé voir

autant de monde réuni pour une course de roller et puis c’était mon premier marathon(semi). J’ai trouvé ça génial.

S’il y avait un deuxième moment à citer, ce serait les championnats de France piste à Valence d’Agen l’année dernière,

c’était super. 

Louise : Les deux moments qui m'ont le plus marqué sont :
- Ma première sélection au championnat de France. C'était pour moi à l'époque comme accéder au plus haut niveau. C'était un rêve qui se réalisait. Ce fut le meilleur weekend de toutes mes années de roller en compagnie de mes amis malgré le fait que les résultats n'aient pas été présents. J'avais la possibilité de voir courir les plus grands champions. Ce fut un réel plaisir.
- Le marathon de Paris cette année qui fut mon premier semi-marathon. Ce fut dur mais j'ai été fière de l'avoir fait. Nous avons passé deux jours merveilleux.

Jules

Quel est ton sentiment avec cette sélection en équipe Pays de La Loire ?

 

Mélina : Ma sélection en équipe Pays de la Loire, est une bonne surprise et me ravit. Il faut toujours se battre

et ne jamais baisser les bras.

Marie : je suis juste très contente de cette sélection.

Jules : Je suis hyper content d’être qualifié, car ça veut dire que tout le travail que j’ai fait a servi. En plus il y a une

super bonne ambiance dans le groupe et ça me permet de mieux connaître les autres patineurs de la région.

Louise : Cette sélection m'apporte beaucoup de motivation et de bonheur. Je suis heureuse de faire partie de cette

équipe et de représenter ma région. C'est un aboutissement de neuf ans de roller. Cela faisait très longtemps que je

voulais faire partie de cette équipe mais le meilleur reste à venir.

Louise

Quels sont tes objectifs sur les 2-3 années à venir ?

Mélina : Pour moi, ce serait de continuer à progresser pour rejoindre l'équipe de France. Et cerise sur le gâteau, pourquoi pas un jour devenir championne de France.

Marie : Je voudrais bien monter de niveau et faire les championnats d'Europe.

Jules : Dans 2 ou 3 ans j’aurais 16/17 ans alors l’objectif pour moi ce serait d’aller faire une ou deux manches de coupe d’Europe à l’étranger pour pouvoir me mesurer avec des patineurs d’autres nationalités.

Louise : J'aimerais faire partie de l'équipe de France mais surtout remporter les championnats d'Europe dans deux ou trois ans car il faut le dire, il y a encore un an, je n'était pas capable de faire un top 30 au championnat de France. Mais il y a encore beaucoup de travail.

L'avis du coach

 

Que penses-tu de la sélection de nos 4 jeunes patineurs ?

On travaille tous pour une belle sélection. La sélection régionale est une bonne passerelle avant l'échelon national. C'est le fruit du travail depuis le plus jeune âge au sein de l'école de course de Bouaye, le groupe continu de monter et cette expérience de nos 4 patineurs donnera des idées à nos futurs champions.

Est-ce qu'en tant qu'entraîneur on en retire quelque chose ?

Je suis ravi pour eux avant tout. On en retire une certaine fierté mais se sont les athlètes qui travaillent pour cela, l'entraîneur reste dans l'ombre. Je pourrai m'appuyer sur ces expériences pour donner envie aux plus jeunes.